Catégorie : Bibliothèques

Conservateurs portables…

Lors de son Conseil d’Administration du 30 Mars 2007, l’ENSSIB a décidé le déploiement de 50 ordinateurs portables pour la promotion 17.

L’Ecole a bénéficié pour ce faire de l’aide financière de la Région Rhône-Alpes. Il s’agit du programme INCA (Initiative Campus Actions). Ce prêt est conditionné par le dépôt d’une caution de 1000 Euros. Jacqueline Lavandier a précisé que les machines seraient achetées au dernier trimestre 2007 afin de pouvoir être mises à disposition dès le mois de janvier.

Les collègues Bibliothécaires d’Etat et les Masters ont regretté de ne pas pouvoir profiter eux aussi de ce type de prêt. L’ENSSIB va revoir la question dès que possible.

Voilà qui place l’ENSSIB au même niveau que beaucoup de grandes écoles qui offrent depuis quelques temps de telles facilités à leurs étudiants.

Une bonne nouvelle pour la promo 17! Une!

PS: Daniel, ne te précipite pas pour leur demander d’installer Linux. Quoique…

[Mise à jour: ceci est un poisson d’avril. Mais l’Enssib va proposer très prochainement en prêt 10 ordinateurs portable sur place ou à domicile pour une durée courte.]

Les services de référence : un passé obscur, un présent nébuleux, un futur incertain

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ce sujet brûlant sans jamais oser le demander a été traité dans mon mémoire d’étude, désormais téléchargeable à merci sur : http://memsic.ccsd.cnrs.fr/mem_00000443.html

Résumé :
Nés il y a un siècle aux Etats-Unis, les services de référence connaissent depuis une dizaine d’années une chute sans précédent de leur fréquentation, provoquée par la diffusion d’Internet et l’usage massif des moteurs de recherche. Leur implantation tardive en France, souvent réalisée en passant directement à l’étape du virtuel, ne contribue pas à les mettre à l’abri d’une pareille désaffection. Le cas du Renseignement documentaire à la bibliothèque de l’INSA (Lyon) nous invite à une réflexion sur les perspectives d’avenir des services de référence et leur nécessaire adaptation à un environnement toujours plus concurrentiel.

Aucun conservateur n’a été maltraité durant la rédaction de ce mémoire.

L'usager co-créateur des services en bibliothèque publique

Mon mémoire d’étude qui portait sur l’évolution de la place de l’usager en bibliothèque publique est disponible sur des archives ouvertes.

Résumé:

L’enquête nationale du Credoc sur la fréquentation des bibliothèques et diverses enquêtes de terrain montrent une évolution des pratiques des usagers, notamment l’accroissement significatif d’un usage sur place qui se passe des ressources documentaires de la bibliothèque. L’émergence d’un Internet plus participatif dit web 2.0 change aussi les attentes des usagers. Dès lors une des clés de l’élargissement des publics en bibliothèques publiques est la création de services non-documentaires co-créés avec l’usager. Il s’agit de services qui ne sont plus basés sur les ressources documentaires dont l’usager n’est plus seulement consommateur mais il en devient l’acteur principal. Ces changements impliquent d’une part une révolution de l’image et du rôle de la bibliothèque auprès des élus, d’autre part une remise en cause du modèle de bibliothèque et des fonctions exercées par les bibliothécaires.

Vous pouvez le télécharger ici:

http://memsic.ccsd.cnrs.fr/mem_00000428.html

Quelques compléments au résumé pour éviter tout malentendu:

Continue reading “L'usager co-créateur des services en bibliothèque publique”

Be Creative !

J’ai un peu le trac, puisque c’est ma première intervention sur ce blog (il serait temps…)

Je voudrais en fait attirer l’attention de toute la promotion DCB15 sur un état de fait qui me paraît assez paradoxal.

A plusieurs reprises au cours de l’année, nous avons eu des présentations du phénomène des archives ouvertes, insistant sur l’intérêt pour les bibliothèques de participer à ce mouvement.

Table ronde des Entretiens Territoriaux de Strasbourg: plan détaillé

Entre offre privée et offre publique, quel place pour le service public de la culture?
table-ronde organisée par les élèves territoriaux de la promotion Flora Tristan.

Afin d’éviter une suite de présentation, nous avons choisi d’élaborer avec les intervenants un plan détaillé qui permettait à chacun d’intervenir tout au long de la table-ronde. L’INET nous imposait par ailleurs 45 minutes de débats pendant les 2 heures de la table-ronde, nous avons choisis d’ouvrir la discussion à la fin de chaque grande partie. En attendant la mise en ligne sur le site des ETS du compte-rendu au cours du mois de mars 2007, voici le plan détaillé:

Continue reading “Table ronde des Entretiens Territoriaux de Strasbourg: plan détaillé”

Table-ronde aux Entretiens Territoriaux de Strasbourg

Les élèves conservateurs territoriaux ont organisé une table-ronde le mercredi 6 décembre 2006 de 14h à 16h dans le cadre des Entretiens Territoriaux de Strasbourg.

Entre offre privée et offre publique, quelle place pour le service public de la culture?

L’expansion de l’univers numérique s’est traduit dans le domaine culturel par un développement de l’offre privée qui engage le service public de la Culture à réaffirmer ses missions et à redéfinir ses actions.
Après avoir présenté les bouleversements technologiques et institutionnels récents, la table ronde réfléchira aux enjeux politiques de l’offre culturelle tout en traçant des pistes pour l’avenir des services publics de la Culture. Continue reading “Table-ronde aux Entretiens Territoriaux de Strasbourg”

Europeana, ou quand la BnF défie Google

Lundi midi, dans les couloirs de la bibliothèque François Mitterrand, une foule de bibliothécaires, se hâte, le badge au vent, vers le petit amphithéâtre. L’affluence est telle (même les marches sont noires de monde) qu’on annonce rapidement que la séance sera retransmise en duplex vidéo dans la salle des commissions voisine. C’est donc sur un écran géant (ou presque), comme à la télé, que j’ai assisté non sans émotion à la présentation, par la directrice générale de la BnF en personne, d’Europeana, qui n’est autre que la Bibliothèque Numérique de l’Union Européenne, dont la BnF est officiellement le pilote depuis l’été dernier.

Après les préambules historiques et administratifs d’usage, suivis d’une intervention de M. Denis Bruckmann sur la politique documentaire qui devrait animer le projet côté français, nous avons pu découvrir en avant première, comme au cinéma, le prototype du portail internet d’Europeana : un design assez simple mais déjà clairement épuré et une interface entièrement modulable au moyen de différents éléments reprenant les services que l’internaute peut balader à sa guise sur l’écran. On nous a donc raconté l’aventure de Boris Frémont, employé de bureau passionné d’astronomie, qui découvre les collections en ligne et invite ses enfants et son copain prof d’histoire géo (car on a toujours un copain prof d’histoire géo) à participer à son groupe d’usagers. Continue reading “Europeana, ou quand la BnF défie Google”