Catégorie : à l’étranger…

Kizombo et Cuca

Bienvenue au pays de la moustache joséfienne et des embondeiros. Les embondeiros, ce sont les baobabs, l’emblème du pays et, à ce que j’ai pu en voir pour l’instant, la principale végétation du plateau de Luanda. Après trois semaines passées ici, j’ai enfin accès à une connexion internet qui ne coupe pas, alors j’en profite pour mettre mon petit grain de sel sur le blog.

Côté expérience professionnelle, j’expérimente la loi McGyver, qui permet à tout un chacun de bâtir un hélicoptère avec un canif et un chewing-gum. Et, Dominique, je t’envoie tous mes encouragements parce que je me trouve un peu dans la même situation que toi (vis-à-vis de la BnA): “on” s’est débrouillé pour me trouver de l’occupation et mon sujet de recherche, c’est pour les soirées et les W-E. Autant dire que je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Au programme, un récolement à organiser à partir d’un fichier papier qui a connu des jours meilleurs, une base de données à créer sans outil informatique de catalogage, et l’installation d’hygromètres et d’un nouveau matériel de conservation… Après un premier jour de panique, Continue reading “Kizombo et Cuca”

Lewisham forever

Salut a tous,

Quelques nouvelles (professionnelles) du front nord de l’Europe :

– Mardi 12 septembre, ouverture officielle d’une borne WIFI hier dans la bibliotheque centrale, opération qui doit se répéter tres prochainement dans les 11 autres du réseau. Je n’ai pas tout compris au speech de présentation mais il semblerait que la commune innove relativement (en Angleterre) en prévoyant d’équiper tout le réseau en WIFI.

– Rencontre cette semaine avec Mathew Prichard, petit-fils d’Agatha Christie, dans le cadre de la semaine Agatha Christie ; la réponse a ta question Magali se trouve dans les photos que vous pourrez trouver a l’adresse suivante, puisque je copie l’idée de Dominique de faire un album sur Flickr, ce qui évitera d’alourdir le blog… et de m’attirer d’acides remarques de la part de nos webmasters préférés…:)

http://www.flickr.com/photos/92027133@N00/?saved=1

– Incroyable mais vrai : Continue reading “Lewisham forever”

9/11 in New York

C’était un jour comme aujourd’hui, un ciel dégagé et d’un bleu pur, et un peu plus de 70° F. Et il y a cinq ans, la journée de travail s’est arrêtée prématurément. C’est assez émouvant d’entendre le récit des collègues et de mon logeur.

A part ça, voici quelques photos de ma première semaine ici : New York use les chaussures et les jambes de qui veut voir Guggenheim, Met, Neue Galerie (ça, c’est pour la culture), Chinatown, Little Italy, SoHo et NoHo, Union Square (le dépaysement). Et, puisqu’avant de détruire les livres, il faut les acheter (n’est-ce pas, David?), j’ai aussi usé mes semelles à la célèbre “Strand”, avec ses 36 kilomètres de livres à acheter, une librairie magnifique et atypique, aussi grande que les Barnes & Noble, mais bien plus noble (un message sans parler une seule fois de livres, je me serais pendu). Côté nourritures terrestres, les gastronomies se côtoient, mais ne s’influencent guère (je ne sais pas quel goût a le chien, mais je jure qu’on ne me reprendra pas à aller dans un resto coréen de si tôt).
Un peu d’exotisme supplémentaire — comme si la société communautariste new-yorkaise en avait besoin — : me voilà depuis quelques jours occupé à cataloguer des rouleaux de prières magiques éthiopiennes (alphabet de même et langue ge’ez pour pimenter le tout). Conditions de travail excellentes (si l’on excepte que les Américains n’entendent pas du tout me laisser du temps libre à un stagiaire pour la recherche — si quelqu’un a le même problème, qu’il m’écrive pour me rassurer).

La religion est vraiment un thème omniprésent, mais ça n’étonne que les Européens…

Vu à la télé

En Espagne,

– le journal télévisé du dimanche dure presque une heure dont 30 min pour le sport (dont 20 min pour le football espagnol)

– dans ce même journal, on présente un parc d’attraction type Dynesland ayant pour thème la vie du Christ, qui vient d’ouvrir à Buenos Aires. Outre l’effet “carton pâte” un peu surprenant, le plus cocasse est qu’il a été construit près de l’aéroport international de la ville. Les avions passent donc au-dessus du Golgotha. Pour un parc censé vous replonger dans le passé…

– les publicités Peugeot (prononcer Péyo), Renault (Rénoltt, el numero uno de la seguridad), une chanson de Carla Bruni (“quelqu’un m’a dit”) en fond sonore d’une publicité Nestlé

– ils diffusent la dernière saison de 24 heures. Je peux donc suivre les aventures de “Yack Baouérr” (Jack Bauer) et de sa compagne Audri (Audrey)

 

Vu dans les librairies:

– “Suite française” d’Irène Némirovsky, le Renaudot 2004, en bonne place sur les tables des libraires

– lu dans un guide touristique sur la France : “Du fait que la France a possédé ses frontières actuelles très tôt et qu’elle a peu de contact avec ses voisins [ndlr : qu’en pensent les historiens ?], les Français sont un peuple réservé…” [ndlr : qu’en pensent les Anglais ?]

C’était donc quelques brèves espagnoles.

Dans un prochain épisode, je vous parle de la bibliothèque nationale et je participe au concours international de bureaux.

 

A bientôt,

 

Sarah T

 

Moscou, depaysant

Incroyable, une bibliotheque moderne en Russie, ca existe: catalogue informatique, puces RFID, bureaux spacieux… et boulot interssant en plus: j ai l edition originale de l encyclopedie en main tous les jours!!! et du cafe et des petits gateaux a 11 heures quand j arrive et a 16h30 avant de partir.
Mais surtout je profite des specialites gastronomiques du pays: toutes sortes de soupes, griechka (bouillie de sarrasin), pirojkis, brefs que des trucs pas gras.

Sinon, dans le genre depaysant, j ai rencontre Jean-Francois Coppe sur la place rouge… eh oui, le monde est petit.

Chronique milanaise

Depuis lundi, je n’ai donc que quelques pas à faire pour me rendre au Duomo – l’imposante cathédrale de Milan – qui reste étonnant et majestueux malgré les quelques échafaudages qui l’environnent. La population que je croise à la pause de midi correspond bien à la faune d’hommes et de femmes d’affaires qu’on imagine dans cette capitale économique et financière. Costumes chics et talons hauts sont de mise.
Je vous écris de la salle de lecture de la bibliothèque qui est d’un calme que n’égale certainement pas la cathédrale assaillie par les touristes. Même les sonneries de portable sont plutôt discrètes, ce qui est notable dans un lieu public italien. Il faut dire qu’il s’agit de l’espace le plus fréquenté de la bibliothèque et que personne n’y circule véritablement puisque les livres ne sont pas en accès libre. Eh oui, venez à Milan, vous aurez l’occasion de vivre en direct une bibliothèque qui ressemble sans doute à ce que l’on trouvait dans la première moitié du XXe siècle en France. Cette immense salle a un côté salle d’examen accentué par la majorité d’étudiants apparemment en pleine révision qui l’occupe : des tables, deux bureaux qui leur font face, occupés par les « surveillants » de salle et des rayonnages contre les murs remplis d’encyclopédies dans l’ensemble d’une modernité douteuse. Il s’agit peut-être du concept de la bibliothèque centrale de référence, j’en saurai plus cet après-midi après mes premières visites d’autres sites. Continue reading “Chronique milanaise”

Au milieu de nulle part…

Un stage à la Bn n’a rien d’exotique, certes… Mais pour ne pas être en reste et me sentir encore proche de mes petits camarades, j’ai profité de mes vacances en Inde pour rapporter quelques photos de bibliothèque.

Bibliothèque publique à Mandawa (350 habitants) La svastika n’a bien sûr rien à voir avec une quelconque orientation révisionniste du conservateur local…

Lecteur... Et il y a même des lecteurs (en hindi, j’ai pas bien compris s’ils atteignaient les 18% fatidiques…)

A part ça, le livre conseillé par Xavier me tente bien mais tout juste de retour de voyage de noces, je l’ai pris comme un mauvais présage ! En ce qui me concerne, je lis “Les enfants de minuit” de Salman Rushdie, que je ne connaissais pas, et c’est une révélation. C’est mené de main de maître, tambour battant, avec du suspense, de l’humour, de l’érudition et même du fantastique, bref, un bonheur !

Bon stage à tous, à bientôt sur le blog !

Bons baisers de Russie

Oui, je sais, le titre était facile, mais tentant tout de même.

Après être rentrée de vacances vendredi, dur retour à la réalité aujourd’hui. Si j’ai pu passer les douanes très vite (à peine 45 minutes, un record!), il s’est mis à tomber des trombes d’eau, et j’ai découvert avec horreur que j’avais oublié mon parapluie à Paris… Mais bon, comme tout ne peut pas être aussi gris que le ciel, il y a beaucoup de points positifs: ma directrice de stage a l’air sympa, le tenancier de l’auberge est corse, et surtout j’ai le wifi pour ces dix premiers jours!!!

Bref, un stage qui ne s’annonce pas si mal. Espérons que le temps se mette aussi de la partie.

Madrid, dia 2

Bonjour à tous,

Dernier week-end de vacances pour tout le monde !

J’espère que les stagiaires à l’étranger sont tous bien arrivés à destination et qu’ils n’ont pas de galère de logement / transport. Je suis arrivée à Madrid hier, sous une chaleur écrasante (37 °C). Je suis aussitôt sortie pour acheter de quoi manger pour le week-end. Las, à 13:30 tout est fermé……… sauf, une biblioteca publica de quartier trônant au milieu d’une place. Bien sûr, j’y suis rentrée. Eh bien, elles ressemblent fort aux nôtres (Dewey “maison”, jeunes qui se cachent dans les rayonnages pour téléphoner…). Ils avaient même “Paris Match” !

Aujourd’hui, j’ai repris une activité normale en faisant de vraies visites de touristes normaux.

Bonne chance à tous pour la reprise lundi.

Sarah Tournerie 

 

Bonnes choses de Lorraine !

En plus de toutes les merveilles de ma terre natale (la potée, les madeleines de Commercy, les dragées de Verdun, la questche – ah, une tarte aux questches -, et d’autres choses plus exotiques comme l’estomac de cochon farci – si si…), c’est en ce moment la pleine saison de la mirabelle que l’on mange (enfin, pour moi, dévore) nature, en tartes, en confitures ou que l’on boit (par litres mais avec modération parce que ça cogne pire qu’en 1914) sous forme d’alcool blanc.

On commence à en trouver sur les marchés de France et de Navarre : je vous invite donc à goûter ça, ça aidera les malheureux/ses dont le premier poste sera à Metz ou Nancy à se préparer psychologiquement.