Auteur : Severine

Vive la semaine du goût !

Je m’excuse d’avance auprès de Solène, mais voici, à l’attention de Dominique, une nouvelle recette de la bibliothèque Carnegie pour susciter l’intérêt des lecteurs pour les fonds patrimoniaux, en l’occurence le fonds local d’une bibliothèque de province. 

Mercredi soir, tandis que dans ma petite chambre je m’arrachais les cheveux pour savoir quel agent de la bibliothèque risquerait sa vie pour sauver l’Evangéliaire slavon en cas d’incendie, un fumet appétissant me parvint du rez de jardin (oui, oui, comme à la Bn) et me rappela à une tâche plus sérieuse : assister à la conférence sur la gastronomie locale organisée à l’occasion de la semaine du goût. 

Le principe : un exposé sur les recettes les plus typiques de Champagne-Ardenne par deux des agents responsables du fonds local, photos à l’appui. Le tout régulièrement ponctué de réclame pour la bibliothèque, du genre : “Vous en saurez plus si vous venez consulter les ouvrages sur le sujet en salle de lecture”. Où l’on apprit, donc, que la ”cacasse à cul nu” est un plat ardennais à base de pommes de terre, confectionné dans l’ancien temps par les gens modestes qui ne pouvaient s’acheter de viande. Ou encore que le vin de Champagne (ne pas dire “Champagne” tout court !) est surnommé “le vin fou”. 

Continue reading “Vive la semaine du goût !”

Des nouvelles de la bibliothèque Carnegie

Comme certain, depuis l’autre rive de l’Atlantique, m’a réclamé un billet sur le mécénat américain après la Première Guerre mondiale (si, si, je vous assure, mais je ne dénoncerai pas) et pour vous remercier de vos réponses nombreuses à mon message (c’est vrai : un conservateur n’est jamais seul !), voici quelques nouvelles de la bibliothèque Carnegie, à Reims.

Tout d’abord, voici le buste de cet auguste personnage, j’ai nommé Andrew Carnegie, qui se trouve devant l’entrée de la bibliothèque :

Andrew.jpg

A son arrivée, tout visiteur peut donc saluer celui à qui Reims doit sa magnifique bibliothèque art déco. Il faut vous dire que la ville avait énormément souffert des bombardements de la Première Guerre mondiale : selon les sources, le nombre de bâtiments encore debout en 1918 était de 6 ou de 60…, ce qui n’est pas beaucoup. En tout cas, il n’ y avait plus de bibliothèque et, pour remédier à la situation, Andrew n’a pas hésité à donner 200 000 dollars,… ce qui était beaucoup ! (Pendant ce temps, Rockefeller, lui, payait la nouvelle charpente de la cathédrale.)

bibliothèque et cathédrale.jpg

En gravissant les marches de ce temple du savoir (c’est ainsi que la bibliothèque a été conçue par le mécène et l’architecte, Max Sainsaulieu), on peut donc repenser avec émotion aux paroles du cher homme :

« L’homme ne vit pas seulement de pain. »

« J’ai connu des millionnaires Continue reading “Des nouvelles de la bibliothèque Carnegie”