Auteur : lmaurel

Mémoire droits d'auteur et numérisation

Bonjour à tous,

En dépit de l’agitation liée à la période des affectations à l’ENSSIB, je vous informe que mon mémoire d’étude est disponible sur Memsic. (sous licence Creative Commons)

Il s’agit d’une étude comparée des stratégies de numérisation mises en oeuvre de part et d’autres de l’Atlantique, en France et au Québec, notamment en ce qui concerne la gestion des questions de droit d’auteur. Continue reading “Mémoire droits d'auteur et numérisation”

Bibliographie "DRM, Creative Commons : quelle utilité en bibliothèque ?"

Comme le dit Agnès dans le billet précedent, nos synthèses bibliographiques ont avant tout une valeur immédiate, et si l’effort de l’ENSSIB pour mettre en place un outil bibliographique collaboraif est louable, il nous a paru intéressant de mettre en ligne sans tarder notre travail sur DRM, Creative Commons : quelle utilité en bibliothèque ?(réalisé par Frédérique Baron, Aline Bouchard et Lionel Maurel).

Présentation :

DRM (Digital Right Management) et Creative Commons correspondent à deux conceptions opposées de la gestion numérique des droits d’auteur attachés aux ressources numériques. Les DRM constituent une approche repressive de la question : elles permettent la mise en place de systèmes automatisés de contrôle des usages et des accès aux ressources numériques (verrouillage, cryptage…). Les Creative Commons correspondent à une approche permissive de la question : ces licences libres favorisent la circulation et la réutilisation des oeuvres en ligne, en fonction de la volonté de leur auteur.

Les bibliothèques sont au premier chef concernées par la gestion numérique des droits. DRM et Creative Commons sont deux pistes qui peuvent être exploitées pour favoriser le développement des collections numériques.

Cette bibliographie permet de resituer la question de la gestion numérique des droits dans son contexte. Elle recence les analyses théoriques qui étudient les possiblités d’utilisation des DRM et des CC en bibliothèque, ainsi que les débats parfois houleux opposant leurs partisans et leurs détracteurs. Mais plus largement, elle comporte un tour d’horizon des applications concrètes de ces procédés en bibliothèque, de plus en plus nombreuses en France comme à l’étranger. Des expérimentations qui s’étendent des archives ouvertes et de l’Open access, aux e-books, à la diffusion de musique en ligne, au PEB électronique ou encore aux dernières innovations du web 2.0.

Be Creative !

J’ai un peu le trac, puisque c’est ma première intervention sur ce blog (il serait temps…)

Je voudrais en fait attirer l’attention de toute la promotion DCB15 sur un état de fait qui me paraît assez paradoxal.

A plusieurs reprises au cours de l’année, nous avons eu des présentations du phénomène des archives ouvertes, insistant sur l’intérêt pour les bibliothèques de participer à ce mouvement.