Le calme avant la tempête

Nos lecteurs les plus assidus auront remarqué que le rythme des billets s’est nettement ralenti ces jours derniers. Nous leur devons une explication…

En fait, ce calme relatif s’explique par deux phénomènes :

1/ les cours obligatoires qui réunissaient toute la promotion sont terminés depuis 10 jours. On ne croise plus à l’ENSSIB, appartenant à la DCB15, que les conservateurs inscrits aux cours optionnels. Les couloirs sont ainsi silencieux, presque abandonnés, et c’est à peine si l’on croise, de loin en loin, un élève errant là comme dans une ville morte

    2/ surtout, nous attendons toutes et tous la période des mutations, qui va démarrer à partir de la semaine prochaine, et qui va être un moment particulièrement important pour nous puisqu’il décidera de notre premier poste de conservateur des bibliothèques. Cette période de mutation, on ne le dit jamais, est délicate : il s’agit pour nous de trouver un équilibre entre les désirs de chacun, les postes proposés, nos profils, et les choix des directeurs d’établissement. Il s’agit aussi d’échapper aux pièges que nous nous tendons mutuellement afin d’éliminer, au besoin physiquement, les collègues qui pourraient s’avérer une menace… Tout déplacement dans l’ENSSIB, pour nous, relève donc à cette heure de la traversée d’une jungle hostile : les portes peuvent s’avérer piégées, chaque recoin peut dissimuler un conservateur sniper, et le distributeur à café, parfois, délivre des breuvages qui tuent en quelques secondes. J’arrête là, je viens d’entendre un bruit suspect dans le couloir, je vais devoir défendre (chèrement) ma peau…

      4 thoughts on “Le calme avant la tempête

      1. Maintenant qu’on en parle, je commence à me dire que mon extinction de voix survenue si à propos n’est peut être pas d’origine complètement naturelle…

      2. Ahhhhhhhh Hiiiiiiiiii (rire sardonique s’il en est) Effectivement Cécile, cette extinction de voix pourrait être liée à la Bête…
        Une seule solution pour te défaire du sort : le sacrifice d’un poulet blanc en pleine nuit, dans le hall de l’ENSSIB. Il convient d’ailleurs, cependant que le sang de l’animal coulera, de dire la Dewey à l’envers.
        Si tu as encore besoin d’aide, JB R. dispose par ailleurs d’un énorme fichier d’adresses de marabouts qui pourront également venir à ton aide, moyennant la somme ridicule de 46537384 euros… C’est le prix du poste de tes rêves…

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *