Mois : avril 2007

Bibliographie : la loi Dadvsi et les bibliothèques

Quelles seront les conséquences de la loi Dadvsi pour les bibliothèques ? Dossier de synthèse bibliographique réalisé par Benjamin Assié, Agnès Bergonzi, Carole Tilbian et Gilles Verneuil.

Présentation :

La loi n° 2006-961 du 1er août 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information, dite loi DADVSI, pose le cadre juridique de la propriété intellectuelle des fichiers numériques et, de fait, affectera directement les services offerts par les professionnels des bibliothèques. Notre dossier de synthèse bibliographique tente de faire le point sur la mise en pratique des exceptions et sur les modifications dont les bibliothèques sont l’objet explicite. Plus globalement, il importe d’analyser l’ensemble des répercussions de ce nouveau cadre juridique sur le secteur. L’étude des conséquences de la loi DADVSI pour les bibliothèques demeure une question largement ouverte, qui échappe en partie aux formes et méthodologies traditionnelles du travail bibliographique.

Bibliographie: La loi Dadvsi après son adoption. 

Bibliographie "DRM, Creative Commons : quelle utilité en bibliothèque ?"

Comme le dit Agnès dans le billet précedent, nos synthèses bibliographiques ont avant tout une valeur immédiate, et si l’effort de l’ENSSIB pour mettre en place un outil bibliographique collaboraif est louable, il nous a paru intéressant de mettre en ligne sans tarder notre travail sur DRM, Creative Commons : quelle utilité en bibliothèque ?(réalisé par Frédérique Baron, Aline Bouchard et Lionel Maurel).

Présentation :

DRM (Digital Right Management) et Creative Commons correspondent à deux conceptions opposées de la gestion numérique des droits d’auteur attachés aux ressources numériques. Les DRM constituent une approche repressive de la question : elles permettent la mise en place de systèmes automatisés de contrôle des usages et des accès aux ressources numériques (verrouillage, cryptage…). Les Creative Commons correspondent à une approche permissive de la question : ces licences libres favorisent la circulation et la réutilisation des oeuvres en ligne, en fonction de la volonté de leur auteur.

Les bibliothèques sont au premier chef concernées par la gestion numérique des droits. DRM et Creative Commons sont deux pistes qui peuvent être exploitées pour favoriser le développement des collections numériques.

Cette bibliographie permet de resituer la question de la gestion numérique des droits dans son contexte. Elle recence les analyses théoriques qui étudient les possiblités d’utilisation des DRM et des CC en bibliothèque, ainsi que les débats parfois houleux opposant leurs partisans et leurs détracteurs. Mais plus largement, elle comporte un tour d’horizon des applications concrètes de ces procédés en bibliothèque, de plus en plus nombreuses en France comme à l’étranger. Des expérimentations qui s’étendent des archives ouvertes et de l’Open access, aux e-books, à la diffusion de musique en ligne, au PEB électronique ou encore aux dernières innovations du web 2.0.

Synthèse BBG : les accès internationaux aux travaux de recherche français

Les acces internationaux aux travaux de recherche francais.pdf

En attendant que l’ENSSIB propose un accès en ligne à toutes les synthèses bibliographiques, les informations deviennent vite obsolètes. C’est pourquoi, je réponds à l’invitation de David S. et dépose avec l’autorisation de mes camarades la synthèse sur le sujet exposé ci-avant (sans feuille de style ENSSIB et en vous épargnant la méthodologie…)

Résumé : face aux transformations que connaît l’économie de l’édition scientifique aujourd’hui avec les publications électroniques et les archives ouvertes, les modes d’accès aux travaux de recherche se sont diversifiés (du PEB à l’accès direct en ligne). Tout l’enjeu consiste pour la recherche française, dans un monde dominé par la recherche anglo-saxonne en termes de production et par une communication scientifique qui favorise l’anglais, à rendre visible les travaux de ses chercheurs. Les initiatives en termes d’accès peuvent aussi bien venir des sociétés privées (Google…) que des pouvoirs publics (HAL…), que des chercheurs eux-mêmes (blocs-notes scientifiques…). Le travail de synthèse bibliographique ne consistait pas à dresser la liste des accès aux travaux de recherche français, mais bien à rendre compte de la littérature sur le sujet.

Le futur ? Droit devant…

Dans ce bilet, nous serons loin des bibliothèques. Quoi que…

Suite à une conversation avec DS, MxSZ, SD, JB, qui se gaussaient de moi alors que je parlais d’un futur peut-être pas si lointain dans lequel nous serions littéralement DANS le net, je les/vous invite à lire ceci : il s’agit des vues de Marvin Minsky sur la possibilité technique de copier ce que contient l’esprit d’un être humain sur un disque dur.

Voilà. La vérité scientifique est rétablie, je ne suis pas fou (enfin, pas totalement).
Deux remarques : Continue reading “Le futur ? Droit devant…”

Conservateurs portables…

Lors de son Conseil d’Administration du 30 Mars 2007, l’ENSSIB a décidé le déploiement de 50 ordinateurs portables pour la promotion 17.

L’Ecole a bénéficié pour ce faire de l’aide financière de la Région Rhône-Alpes. Il s’agit du programme INCA (Initiative Campus Actions). Ce prêt est conditionné par le dépôt d’une caution de 1000 Euros. Jacqueline Lavandier a précisé que les machines seraient achetées au dernier trimestre 2007 afin de pouvoir être mises à disposition dès le mois de janvier.

Les collègues Bibliothécaires d’Etat et les Masters ont regretté de ne pas pouvoir profiter eux aussi de ce type de prêt. L’ENSSIB va revoir la question dès que possible.

Voilà qui place l’ENSSIB au même niveau que beaucoup de grandes écoles qui offrent depuis quelques temps de telles facilités à leurs étudiants.

Une bonne nouvelle pour la promo 17! Une!

PS: Daniel, ne te précipite pas pour leur demander d’installer Linux. Quoique…

[Mise à jour: ceci est un poisson d’avril. Mais l’Enssib va proposer très prochainement en prêt 10 ordinateurs portable sur place ou à domicile pour une durée courte.]