Be Creative !

J’ai un peu le trac, puisque c’est ma première intervention sur ce blog (il serait temps…).

Je voudrais en fait attirer l’attention de toute la promotion DCB15 sur un état de fait qui me paraît assez paradoxal.

A plusieurs reprises au cours de l’année, nous avons eu des présentations du phénomène des archives ouvertes, insistant sur l’intérêt pour les bibliothèques de participer à ce mouvement.

Or de manière assez surprenante, l’ENSSIB ne dispose pas encore d’une archive ouverte qui nous permettrait de déposer nos travaux de recherche, afin d’en favoriser la visibilité.

Vous me direz que nos travaux finiront tôt ou tard (très tard…) par figurer dans la bibliothèque numérique de l’ENSSIB. Mais on ne peut comparer cette diffusion à des archives ouvertes. En effet, vous aurez remarqué que les pieds-de-pages de nos mémoires comportent la mention “Droits d’auteur réservés”, ce qui limite sévèrement les possibilités de circulation de nos travaux.

A titre personnel, je vous avouerais même que voir figurer la mention “Droits d’auteur réservés” sur mon mémoire me pose un problème de conscience, car cette restriction n’est pas compatible avec mes convictions, ainsi qu’avec la vision que je me fais du partage du Savoir. La qualité d’auteur, je n’en veux pas !

J’ai donc demandé à l’ENSSIB que cette mention soit retirée pour que mon mémoire puisse être placé sous licence Creative Commons. Après tout, si nous sommes les auteurs de ces travaux, cela implique certaines prérogatives. Autant s’en servir !

Je ne sais pas si tout le monde connaît les licences libres Creative Commons. Il s’agit d’un système de Copyleft, inspiré des logiciels libres, qui permet une circulation et un échange plus simples des oeuvres sur Internet. Le principe est tout bête : chaque auteur choisit à l’aide d’un ensemble d’icônes des usages qu’il entend interdire (modifier, utiliser à des fins commerciales…). Tout le reste est réputé être autorisé (copier, rediffuser…), permettant ainsi d’alléger les procédures byzantines imposées normalement par le Code de la Propriété Intellectuelle.

Et vogue la galère ! L’oeuvre ainsi “libérée” s’en va vivre sa vie sur la Toile, comme une grande.

Les licences Creative Commons sont de plus en plus largement utilisées sur Internet. Vous les rencontrez fréquemment sur les Blogs ou sur les wikis (Wikipédia notamment). Des institutions comme Arte radio font confiance aux Creative Commons pour diffuser des oeuvres en ligne (http://www.arteradio.com/tuner.html ). Certaines archives ouvertes recommandent également leur emploi. Ex: PLoS (Public Library of Sciences http://www.plos.org/oa/index.html).

Toujours est-il que ma demande est pour l’instant gelée, l’ENSSIB attendant qu’une étude soit menée pour savoir si elle doit ou non adopter les Creative Commons. Or nous avons tous signé, j’imagine, ce papier jaune qui nous demandait notre accord pour diffuser nos travaux en ligne. Il contenait une clause qui stipule que nous ne pouvons pas utiliser le logo, la feuille de style ou le nom de l’ENSSIB si nous déposons nos travaux ailleurs. Ce que pour ma part, je trouve dommage : nous pouvons déposer, à condition de faire comme si nous n’appartenions pas à l’ENSSIB. Paradoxal, non ?

Par certains côtés, l’hésitation de l’ENSSIB peut se comprende. Il est vrai que depuis la loi DADVSI, plusieurs incertitudes pèsent sur le statut de nos travaux. En tant qu’agents publics, il n’est pas certain que nous disposions toujours de nos droits sur nos travaux (même si je pense que oui… et je peux le démontrer !). Il faut aussi savoir que la validité des Creative Commons n’est pas totalement assurée en droit français.

Reste qu’en attendant nos travaux ne bénéficient d’aucune diffusion et que les délais de mise en ligne via la bibliothèque de l’ENSSIB sont décidemment bien trop longs (c’est bien beau la TEI, mais bon…). Je sais que certains (et moi le premier !) n’ont pas voulu attendre pour déposer une partie de leur travail en ligne … ailleurs ! Je ne m’en plains vraiment pas, car mon article a ainsi pu acquérir immédiatement une visibilité importante, qui me vaut déjà des retours et des échanges.

J’imagine que beaucoup d’entre vous ont des choses à publier. Nous nous en apercevons à chaque ENSSIB parallèle !

Je vous demande donc votre soutien pour mener une action auprès de la Direction. Si certains souhaitent que leurs travaux soient “libérés”, qu’ils demandent eux aussi à ce qu’ils soient placés sous licence Creative Commons. Je pense que si nous sommes assez nombreux, ce sera un argument qui permettra de faire évoluer le système pour l’avenir.

Il me semble qu’une institution comme l’ENSSIB doit apporter son soutien à l’initiative des Creatives Commons, même si cela implique une part de risque juridique. Les Creative Commons sont l’un des moyens de s’engager en faveur d’un accès libre au Savoir.

Je vous invite à visiter le site des Creative Commons pour la France, pour plus d’informations. http://fr.creativecommons.org/

Par ailleurs, un ENSSIB parallèle se prépare autour de le question des droits d’auteur pour le mois de mars. Je ferai une intervention sur le thème “Si tu n’as pas le droit, prends le gauche : une autre vision des droits d’auteur en bibliothèque”. Histoire de vous faire entendre un autre son de cloche que celui dont on nous a fait part jusqu’à présent.

Vous verrez qu’il y a bien des choses à faire, avec un peu d’imagination… et de conviction !

J’aimerais que l’école adopte la devise des Creative Commons : Be Creative !

PS : D’ailleurs Daniel, qu’attendons-nous pour placer le contenu de ce blog sous licence Creative Commons !

6 thoughts on “Be Creative !

  1. Pas de problème à mes yeux pour le passage de ce blog en Creative Commons (bien qu’entre nous, nous comptions revendre les contributions…Mais tant pis). Je relaie ton appel vers Xavier et Matthieu, les deux co-responsables avec moi. Je doute qu’ils refusent. Il ne te restera plus, en tant que juriste, qu’à nous conseiller (je sais que toi, tu le feras gratuitement 😉 ) sur la CC la plus adaptée.

    Pour ce qui concerne la demande par toi effectuée, de placer ton mémoire sous CC, à qui as-tu posé cette question (histoire que je pose la même) ?

    Et merci pour ce blog roboratif qui, ma foi, me tiendra lieu de petit déjeuner.

    PS : encore une question absurde comme je les aime : puis-je me mettre moi-même, en tant que personne, sous CC ?

  2. Pour demander à placer vos travaux sous licence Creative Commons, il faut vous adresser à Elisabeth Noël, qui est responsable de la bibliothèque numérique de l’ENSSIB.

    Pour ce qui est de se placer en tant que personne sous CC, c’est une idée qui ouvre des perspectives très intéressantes. En effet, n’importe qui pourra copier et faire circuler Daniel librement. Plus encore, nous pourrons modifier Daniel à notre guise et même… le réutiliser à des fins commerciales !

    Je sens que certains ont déjà des idées…

    Seul problème, il faudrait au préalable que l’on puisse considérer Daniel come une oeuvre de l’esprit…

    J’arrête. Ca devient trop mystique pour moi.

  3. Ahhhhh on veut me commercialiser (la poupée Daniel le Conservateur, qui désherbe plus vite que son ombre) !!
    Bon sang vite, je vais passer en OpenSource ou CC totalement libre…

  4. Bonjour

    quelques informations sur le sujet des creatives commons :
    plusieurs élèves DCB15, de manière variée et plus ou moins ordonnée, ont montré leur intérêt pour ce type de licence. De mon coté, j’y suis personnellement favorable, mais ma position ne peut engager l’enssib en tant qu’établissement.
    Lionel a assisté à un entretien avec Y Alix et moi-même sur ce sujet. La décision “gelée” etait surtout l’attente d’une position claire de l’enssib, car il n’est pas question de procéder au cas par cas, il s’agit pour nous d’avoir une politique générale. D’autant que la question des élèves conservateurs semble particulière, leur travail étant réalisé en tant que fonctionnaires.

    Lundi, l’équipe de direction de l’enssib a accepté le principe des creative commons. Nous avons voulu que cette décision puisse s’appliquer sur les mémoires des DCB 15, donc dès maintenant. Après renseignement, le formulaire d’autorisation de diffusion vous avait déja été diffusé, sinon vous auriez eu dessus directement la proposition d’utiliser les CC.

    J’attends donc de revenir de vacances (eh oui !) pour proposer aux élèves qui le souhaitent un formulaire (forme à définir) permettant de mettre vos travaux en licence Creative commons. Merci donc d’attendre cette proposition, pour faciliter la gestion.

    Par ailleurs, nous nous efforcerons de réduire bientôt le délai de mise en ligne des mémoires, qui à mes yeux aussi est bien trop long. L’objectif est de valoriser les productions des élèves enssib.

    Par contre, je ne garantis pas que l’enssib s’engage sur les CC pour les personnes. Désolée, Daniel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *