J'aime pas les livres

Ce mercredi, comme nous manquions de personnel et que les futurs enseignants qui sont à l’IUFM devaient être en vacances ce soir, je me suis proposé de donner un coup de main à mes collègues bibliothécaires qui craignaient (à juste titre) un afflux d’usagers venant faire le plein de lecture pour lesdites vacances. J’ai donc quitté mon cher ordinateur et le non moins cher ENT afin de mettre les mains dans le cambouis. Funeste erreur…

Puisque je ne connais pas bien le fonds (très spécifique) et que j’aime pas les gens, j’ai décidé de remettre en rayons les ouvrages qui rentraient par wagons entiers (le futur prof se rassure en lisant beaucoup de littérature professionnelle, des trucs inimaginables), et ce de 13h00 à 19h00, afin de mettre à la disposition de la communauté mes petits bras musclés. Voici le bilan des courses et mes modestes réflexions, cependant que je repose mes pauvres pieds dans une bassine d’eau glacée :

– il y a encore beaucoup trop de livres en papier, vraiment beaucoup trop. En plus, les bouquins destinés aux profs sont de pleins de formats bizarres, surtout pour tout ce qui est lié à la littérature de jeunesse.
– il y a encore beaucoup trop d’usagers dans les bibliothèques, vraiment.
– les usagers ne rangent rien quand ils partent : il y a trop de bazar dans les bibliothèques quand les usagers y sont
– le papier pue, même presque neuf
– les cotes, c’est compliqué
– l’ordre alphabétique, c’est compliqué, surtout croisé avec les cotes
– les usagers veulent tous sortir au même moment (en fonction de leurs horaires de cours), ce qui induit des files d’attentes telles que l’on se croirait devant la Fnac quand Garou y passe

    D’où j’en tire les conclusions suivantes :- j’aime les livres électroniques, sans odeur, que l’on a pas besoin de ranger puisque la machine le fait
    – j’aime la forme de la documentation électronique (ça coince jamais dans les rayons, et ça tombe pas par terre)
    – j’aime les usagers qui restent chez eux, au chaud devant leur ordinateur
    – j’aime l’odeur d’un ordinateur quand il chauffe un peu
    – j’aime les moteurs de recherche fédérée qui se contrefichent des cotes et de l’ordre alphabétique puisqu’ils travaillent dans la masse
    – j’aime les sites ouverts 24/24 sur lesquels surfe qui veut quand il veut, comme il veut, sans piétiner ni souffler parce qu’il attend depuis 5 minutes

      Voilà. Sinon, pour mes futurs vrais usagers, je suis très gentil, dans la réalité du monde réel.

6 thoughts on “J'aime pas les livres

  1. Desolee de rabaisser dramatiquement la portee de ce pamphlet misanthrope, Daniel, mais si tu veux un minimum continuer a converser avec des humains (par ordinateur interpose bien sur), tu aurais interet a vider ta boite sur le BV, elle deborde !!

  2. Cela me fait penser à cette phrase d’un illustre professeur d’histoire du livre d’une obscure école place de la Sorbonne : “le problème dans les bibliothèques, c’est le lecteur, vous enlevez le lecteur, vous n’avez plus de problème”. Les grands esprits se rencontrent…

  3. J’aime pas les nez ! (bon là je cesse sinon je vais me faire une horrible réputation dans la profession, aucune bibliothèque ne voudra de moi, je vais finir à la rue)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *