une université au milieu des champs de maïs

un champ de maïs : c’est la première chose que je vois tous les matins quand le soleil levant me réveille (tôt, je suis juste après la ligne de passage à l’heure “centrale”). après vingt minutes de marche le long du luxueux parc de recherche (financé par Motorola et d’autres comme State Farm, qui n’est pas l’organisme central résultant de la collectivisation des terres agricoles, mais une compagnie d’assurance) et des différentes enceintes sportives, deux élements essentiels d’un campus universitaire nord-américain, j’arrive à la bibliothèque, située au coeur du campus proprement dit, lui-même étant à cheval sur les deux villes d’Urbana et de Champaign (ainsi nommée parce que le paysage de la région aurait des ressemblances géologiques avec la Champagne. Dans la mesure où tout ici est plat et surtout qu’il n’y a pas de vignes mais du maïs, donc, j’ai du mal à voir ladite ressemblance).

à l’est : Urbana, 30% de la population est titulaire d’un PhD, 30% d’écureuils, très résidentielle, chic et calme.

le farmers' market à Urbana

Photos du Farmers’ Market et de l’Urbana Free Library.

à l’ouest : Champaign, plus populaire, avec un minimum d’industrie et de commerce.

La bibliothèque de l’University of Illinois at Urbana-Champaign (UIUC pour les intimes, à ne pas confondre avec UIC (Chicago) et UIS (Springfield) est gigantesque. elle est composée de plus de 40 bibliothèques réparties sur tout le campus, certaines de la taille d’une salle de classe (Map and geography, par exemple) et d’autres beaucoup plus grandes (Undergraduate Library ou Grainger). les collections comptent en autres plus de 10 millions de volumes et un super fonds Proust, et le budget des ressources électroniques est similaire à celui de la BnF.

Le maître mot ici est accès : horaires d’ouverture très larges (tous les jours, même le dimanche, et pour certaines bibliothèques jusqu’à 3h du matin), magasins en accès quasi libre (et je vous laisse imaginer la taille de magasins qui abritent pratiquement 10 millions de volumes), ressources électroniques en accès libre pour tous sur place, avec accès à distance pour tout les membres de l’université (et même accès aux ressources électroniques de UIC et UIS), abonnement à refworks (et formations qui vont avec), PEB gratuit, nombre et durée des volumes empruntables quasi illimitée, et mon préféré : si le livre que vous voulez est emprunté ou pas au catalogue, vous pouvez tout simplement le demander par I-Share, le consortium des bibliothèques universitaires de l’Illinois, et il arrive à la bibliothèque de votre choix en deux ou trois jours.

ah, et aussi, en plus d’une collection de dvd à faire pâlir d’envie Calenge, l’undergrad library prête de ça.
Comme je travaille au Main reference desk, j’ai dû apprendre à maîtriser tout cela, et après quelques premières semaines à répondre “I don’t know” et “let me ask someone else”, je commence enfin à être capable de répondre à la plupart des questions, de “Where are the bathrooms ?” à “I’m looking for documents on pets and their interaction with families”. le tout en personne, par téléphone, e-mail, chat ou IM.

ma participation au concours de bureau :

bureau

Plus de photos par là (notamment de Corée et de l’IFLA) et visite virtuelle de la bibliothèque par là
Bientôt sur ce blog :

– le tout nouveau tout beau conservation lab, avec un freezer-dryer fabriqué sur mesure, malheureusement un peu loin de Reims ;

– ACES and Grainger libraries ;

– the Graduate school of library and information science ;

– New-York, Boston et Chicago.

6 thoughts on “une université au milieu des champs de maïs

  1. 1/ Si je lis bien, la population d’Urbana (on dirait un nom de ville de SF…) est constituée de 30% d’écureuils titulaires d’un PhD ???? Ils sont forts, ces américains !

    2/ un budget Ressouces électroniques équivalent à la BnF… Est-ce que tu as en charge l’étude de la faisabilité des accès à distance ? C’est déjà en place, certes, (ah, c’est possible ?), mais je connais une équipe de jeunes conservateurs qui peut vous proposer des solutions et des croquis, si si 🙂

  2. euh… oui. je dirais même plus, mon cher dupont : je suis vraiment en plein coeur du midwest. Tintin en Amérique ET campus movie en même temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *